• Accueil
  • > Archives pour février 2008

Archive mensuelle de février 2008

Election à Mens: notre programme pour la culture et la jeunesse

 Election à Mens: notre programme pour la culture et la jeunesse panneaumensterminesmall

PETITE ENFANCE

Favoriser le développement des places dans la crèche et/ou développer l’agrément de nounous indépendantes.

MAISON DE L’ENFANCE

Accueil périscolaire : acquérir la compétence pour l’accompagnement des devoirs

Accueil des mercredis et samedis : assouplir le système d’inscription pour accueillir plus d’enfants,

Vacances : développer le plein air, des camps en été (plein air, étranger…)

LOISIRS TOUS AGES (ENFANTS, ADULTES)

Aider les associations souhaitant développer des activités culturelles ou sportives (soutien financier, logistique, administratif)

Développer un pôle d’activité autour de la maison de l’enfance (comme à Monestier)

Développer la coopération avec les structures équivalentes de proximité : Clelles, Monestier de Clermont, La Mûre… (pour inscriptions à distance ou accès par minibus par exemple)

Aménager un espace en accès libre pour les jeunes : pour rollers… (avec des pentes…) ou baskets… (avec paniers…)

LOISIRS ET CULTURE

Créer une école de musique (en relation avec les associations ou projets existants) avec soutien actif de la Mairie ou de l’intercommunalité (locaux, financement, administration…)

Encourager les activités pour les adolescents (activités sportives, culturelles, festives…) : les faire participer à la commission pour qu’ils participent à l’élaboration des projets qui leur tiennent à cœur.

CULTURE ET LANGUE

Favoriser le rapprochement culturel avec des communes d’Europe : débuter avec une commune du Royaume-Uni par l’intermédiaire d’anglais installés dans le Trièves et intéressés par le projet. Cela peut encourager les voyages de découverte, les échanges linguistiques, les échanges de maison… Cette démarche peut éventuellement aboutir à la création d’un jumelage.

UNE ALIMENTATION SAINE DE LA CRECHE AU COLLEGE

Encourager l’utilisation de produits locaux et bio pour les repas et cantines

UNE COMMUNE A L’ECOUTE DES JEUNES

Via la création d’un conseil municipal de jeunes

img2205small

Première réunion de la liste Pellegrin, compte rendu et commentaires

Un compte rendu de la réunion de la liste d’Annette Pellegrin à l’espace culturel selon des notes prises ce jour.=> Sont notés en vert les commentaires de notre liste et nos propres propositions. On pourra aussi se référer à notre programme en cliquant ici: Programme électoral

———————–

Il y avait foule à l’espace culturel ce samedi . La promotion avait été bien faite avec une annonce recto verso couleur dans chaque boite aux lettres. Les Mensois étaient également curieux de voir, enfin, une des « grandes écuries » se mettre en route.

Les membres de l’équipe commencent par se présenter sauf Gérard Chevally non disponible. Par la suite, à part quelques brèves interventions, la parole ne sera prise que par 5 d’entre eux. Les futurs adjoints en cas de succès ?

L’assainissement

Cela est annoncé comme une priorité de la liste Annette Pellegrin. Pour ce qui est de la technique choisie, on évoque le traitement par roseaux sans plus de précisions. On parle aussi de la nécessité de relier les hameaux au système central d’assainissement.

=> Pour nous, le traitement par roseaux s’impose pour une commune de la taille de Mens. Il ne nécessite que 2 mètres carrés par équivalent/habitants pour un coût de 400 euros hors réseau. Par ailleurs, il permet un traitement décentralisé des eaux avec un petit filtre à roseaux pour chaque hameau évitant ainsi des frais de raccordement prohibitifs.

La déviation

Annette Pellegrin annonce qu’elle a reçu une lettre du président du Conseil Général en date du 11 février lui annonçant que le département allait prendre en charge celle ci à hauteur de 75%. Par ailleurs, le carrefour en Y  à la jonction entre la D526 venant de Clelles et la D34 venant de Monestier de Clermont sera réaménagé. Une seconde déviation reliant la route venant de La Mure à celle de Cordéac est évoquée pour le long terme.

=> Il y a quelques mois, le maire actuel recevait de la DDE, pour cette déviation, une estimation du coût des travaux  qui avait soudainement triplée passant de 500 000 à 1 500 000 euros. La conseillère générale soulignait alors que cette déviation était du strict ressort de la Commune de Mens et que le Conseil Général, en dehors de sa subvention initiale de 115 000 euros, ne pourrait qu’aider à financer les accès à la déviation à partir des 2 Départementales mais sans engagement sur la date de ce financement. Nous notons avec satisfaction que l’aménagement, qui est de bon sens, du carrefour RD 526 / RD 34 est maintenant envisagé conjointement à la déviation.

Voir l’article que j’avais écrit à ce propos qui avait été également diffusé dans les Nouvelles du Pays de Janvier: La déviation de Mens

Les transports Mens – Grenoble

On parle de coordonner les horaires des trains avec ceux des bus Grindler venant de Mens. On parle aussi de taxis de rabattement de Mens vers les gares pour les handicapés qui seraient aussi accessibles pour les non handicapés…

=> Nous sommes très volontaires sur la question des taxis de rabattement, voir : La situation actuelle des transports dans le Trièves, nos propositions

Hygiène

Concernant la divagation des chiens et des crottes subséquentes, il est proposé un dialogue avec les habitants des quartiers. Pour les conteneurs  du tri sélectif, un passage plus fréquent pourra être demandé à la Communauté de Communes.

La fusion des Communautés de Communes du Trièves

Annette Pellegrin s’y déclare favorable et rappelle que le département a créé un territoire Trièves. Cependant les élus ont refusés de s’y engager au cours de leur dernière année de mandat, préférant laisser cela à leurs successeurs.

Un participant l’interpelle sur la lettre, écrite en commun avec les 2 autres conseillers généraux du Trièves, qu’elle a envoyé aux conseillers municipaux des communes des cantons de Monestier et Clelles, le jour ou ils devaient se prononcer pour la fusion de leurs Communautés de Communes (CDC). Dans cette lettre, ils déconseillaient cette fusion.

Annette Pellegrin explique que cette fusion aurait créé une structure supplémentaire. Par ailleurs, cette fusion aurait abouti à une taxe professionnelle unique (TPU) qui aurait contraint Mens à s’aligner sur le taux de taxe professionnelle des communes riches proche des barrages comme Avignonet. La fusion devra donc se faire progressivement et par projet.

Michel Guiguet insiste sur le fait qu’on a poussé à la fusion en promettant des subventions alors qu’il aurait fallu d’abord se mettre d’accord sur ce qu’on voulait faire ensemble. Il cite l’intérêt d’une mutualisation pour créer des réserves foncières et lutter contre la spéculation.

=> Ces propos sur la fusion sont peu compréhensibles sur plusieurs points et demandent à être explicités. La fusion de 2 ou 3 CdC en une seule se substitue aux CdC existantes et les remplace. Plus tard le SAT (Syndicat d’Aménagement du Trièves) est amené à fusionner également avec cette « super » CdC puisque avec cette fusion des CdC sa raison d’être (porter des projets à l’échelle du Trièves et pouvoir bénéficier de financements publics) disparaît.

Au final, à la place de 3 CdC et du SAT, nous n’aurions plus qu’une seule entité et à la place de trois niveaux de gestion (Commune, CdC, SAT) nous n’en aurions plus que 2 (Commune et CdC fusionnée).

Par ailleurs, la TPU aboutit à terme à plutôt augmenter les taux des Commune riches (Avignonet) et à plutôt baisser celui des Communes dans la situation de Mens. Après vérification, les chiffres le prouvent. Les communes du canton de Monestier dont celle d’Avignonet sont déjà en TPU pour un taux de16.46%. A Mens, nous avons un taux communal de 16.92% et un taux intercommunal de 3.29% soit un total de 20.21%. Nous n’avons donc pas à craindre une augmentation des taux du fait de la mise en place de la TPU !

Nous sommes d’accord concernant la remarque de Monsieur Guiguet mais soutenons une démarche plus volontaire vers la fusion, en cherchant l’accord avec les autres communes, dès le début du mandat. Dans le cas contraire, on risque de conclure dans 5 ans qu’il est trop tard pour agir et qu’il faut attendre les prochaines élections…

Il est par contre nécessaire d’évoquer comment les élus souhaiteraient gérer la Communauté de Communes actuelle. Rappelons-le, nous votons les 9 et 16 mars pour élire des conseillers municipaux et donc automatiquement des conseillers communautaires. Ils seront en effet désignés par les nouveaux Conseils Municipaux. Il s’agit d’une élection au deuxième degré (c’est à dire pas directement par les électeurs). Il est donc essentiel que les candidats aux élections municipales nous parlent également de la Communauté de Commune comme ils le font de la Commune et nous communiquent aussi sur ce sujet leur programme, leurs propositions pour informer et faire participer la population et leur manière de gérer et de rendre compte de leur action.

Nos propositions détaillées sur ces points seront disponibles prochainement.

Les services publics

L’accessibilité pour les handicapés pose assez peu de problèmes, des bordures de trottoirs sont à revoir. Il faut lutter pour le maintien des services publics.

=> Concernant les handicapés, il faut également songer à créer des logements adaptés quasi inexistants sur Mens.

Vie quotidienne

La  signalétique des parkings extérieurs doit être améliorée. Les pots de fleurs du Breuil devront être « habillés » ou remplacés.

=> Cette amélioration de la signalétique fait également partie de notre programme. Concernant les fameux pots de fleurs, et même si leur sort n’est pas prioritaire, nous proposons de remplacer une partie d’entre eux par des attaches vélos qui permettront d’améliorer la visibilité de ce moyen de transport et l’aspect écologique de la commune.

Participation

Des commissions urbanisme, assainissement, transport, jeunesse, culture et tourisme seront créées avec pour chacune un élu en charge. Leurs propositions seront validées par le Conseil Municipal. On évoque l’idée d’une limite budgétaire fixée au départ pour limiter les frustrations.

=> De bonnes idées. La création de commissions tourisme et culture vont être délicates, ces compétences étant tout ou partie délégués à la Communauté de Communes.

Nous proposons également la désignation de citoyens tirés au sort qui pourraient intervenir pendant les conseils municipaux.

Nous souhaitons également la mise en ligne, sur le site internet de la Mairie, de tous les rapports importants classés par thèmes (déviation, hôpital local…) afin que chacun puisse suivre l’évolution des dossiers.

Urbanisme

L’actuelle ZPPAUP (Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager) très contraignante pour le centre ville sera remplacée à terme par un PLU (Plan Local d’Urbanisme). Cela permettra l’utilisation de nouveaux matériaux pour la future zone du Pré Colombon si elle s’oriente vers l’éco-construction.

=> Cela fait sens. Nous ferons très prochainement un article sur notre vision précise du logement sur Mens.

Economie

On aidera à la création d’entreprise par la mise en place de réserves foncières déjà évoquées. On favorisera les micro entreprises pour éviter de devenir une cité dortoir. On s’opposera à la création d’un supermarché. La filière chanvre devrait pouvoir créer des activités de transformation locales.

=> Nous sommes d’accord. On peut aussi souhaiter la création d’un commerce multi activité (pressing, clef, location de DVD). Nous saluons la filière chanvre, l’usine de défibrage se fera dans le nord Isère mais on peut envisager de valoriser sur place d’autres produits de cette culture (huile et graine).
 

Tourisme

La promotion doit se faire dans le cadre du Trièves et en synergie avec Terre Vivante. Ecotourisme allie écologie et économie.

=> Encore d’accord. L’identité « écologique » de notre Territoire confortée par l’existence de l’Agenda 21 du Trièves (primé au niveau national !) est pour nous un atout qu’il faut encourager et valoriser. Nous proposons la création d’une carte Trièves permettant l’accès à de multiples activités après un paiement unique (transport, visite de Terre Vivante, du Musée du Trièves…)

Les quads et 4X4

Une loi de 1991 précise qu’ils doivent rester sur les chemins carrossables. Une commune peut de surcroît en interdire la circulation sur certaines portions de son territoire.

=> Toujours d’accord; Et mettre des barrières si nécessaires !

Olivier Dodinot

La situation actuelle des transports dans le Trièves, nos propositions

Sur le canton de Clelles

Depuis le 9 décembre, la Région Rhône-Alpes et la SNCF ont mis en place de nouveaux horaires de trains sur toutes les lignes. L’objectif est de faciliter l’usage des trains avec plus de départs, à des fréquences régulières et avec des correspondances plus nombreuses.
La ligne Grenoble-Clelles dispose désormais de 8 allers-retours  et d’un aller-retour en car pour les horaires extrêmes.
De Grenoble vers le Trièves (sauf pour le premier train 7 h 57) tous les trains partent à la même minute (10 h 13, 12 h 13, 14 h 13, 16 h 13, 17 h 13, 18 h 13, 19 h 13 et 20 h 13 pour le dernier car). C’est le fameux cadencement.
Dans le sens Trièves-Grenoble les trains n’ont pas la même régularité en fréquence, la ligne à voie unique et les correspondances à Gap ne le permettant pas.
De plus, il existe un service de taxis de rabattement vers la gare de Clelles pour les villages du canton de Clelles.

Cliquez 1 ou 2 fois sur l’image ci dessous pour l’agrandir:

train.jpg

 Sur le canton de Mens

Depuis des décennies, Mens n’est relié à Grenoble que par 2 bus aller retour par jour, un transport sous la responsabilité du conseil général. Le premier bus part de Mens a 5H50 du matin, une heure ou la plupart des gens dorment ! Il met 1h50 pour effectuer le trajet.

Le second bus effectue le trajet en 1h45, arrive à Grenoble à 13h55 pour en repartir à 17H25 avec encore 1H45 de trajet au retour. On reste donc 3h30 à Grenoble pour 3h30 de trajet !

Ces bus partent de la place du Vercors, les personnes habitant en haut de Mens et ne disposant pas de voiture doivent donc s’y rendre à pied. Pratique pour le bus de 5h50 ! Il n’y a en effet pas de taxi de rabattement sur cette ligne.

Enfin on peut souligner que ces bus circulent quasiment à vide jusqu’à Monestier sauf les lundi matin et vendredi soir ou ils convoient les scolaires. Leur bilan tant économique qu’écologique est donc fort discutable.

Cliquez 1 ou 2 fois sur l’image ci dessous pour l’agrandir:

grindler.jpg

Nos propositions

Il faudra mettre en place, en s’inspirant de ce qui ce fait à Clelles, des taxis collectifs de rabattement pour 4 ou 5 trains par jour sur les gares de Clelles ou Monestier. En comptant 25 minutes de transport jusqu’à la gare de Monestier puis  45 minutes de train jusqu’à Grenoble, le trajet s’effectuerait en 1h10 soit 35 à 40 minutes de gagné. Il faut compter quelques minutes de plus en passant par Clelles.

En consultant les tableaux des ci dessus, on voit qu’en partant de Mens vers 6h14 et en prenant le train à Monestier à 6h39 , on serait à Grenoble à 7h23. Avec les bus actuels, il faut partir à 5h50 pour arriver à 7H40 !

En prévenant un peu à l’avance, ces taxis pourraient prendre les gens à domicile partout dans Mens. 

Enfin si ce système prenait de l’ampleur, ces taxis pourraient être multipliés ou remplacés par des minibus effectuant les mêmes trajets. 

Les indemnités des élus

On parle beaucoup du montant de la rémunération des élus avant les élections. Et bien regardons et chacun jugera. J’ai volontairement simplifié le tableau au niveau de population des communes, communautés de communes, SIVOM et SIVU existants dans le Trièves. A titre de comparaison, j’ai ajouté les indemnités des conseillers généraux de l’Isère et régionaux de Rhone-Alpes. Ceci est donc un montant brut maximum, les conseils pouvant décider d’un montant inférieur.

        Les maires et adjoints de communes

                                                     Les maires                           Les adjoints

Population                              Indemnité brute                   Indemnité brute    
(habitants)
                                     (en euros)                             (en euros)

Moins de 500                                  632.85                                    245.69          

De 500 à 999                                  1154.02                                 307.12

De 1 000 à 3 499                             1600.74                                 614.24

A noter : les conseils votent en général pour des montants inférieurs. Ainsi à Mens, le maire touche environ 500 euros par mois et les adjoints 200. Or la charge de maire d’une commune de cette taille est proche d’un travail à plein temps. Le choix de cette faible rémunération peut expliquer que depuis plus de 30 ans les maires de Mens soit des retraités.

Les présidents de communauté de commune et vice-présidents

                                       Les présidents                           Les vice-présidents

Population                              Indemnité brute                   Indemnité brute    
(habitants)
                                     (en euros)                             (en euros)

De 1 000 à 3 499                       1200.55                                   460.49       

De 3 500 à 9 999                    1 535,59                                   614.24                       

     

Les présidents et vice-présidents de SIVOM-SIVU

                                       Les présidents                           Les vice-présidents

Population                              Indemnité brute                   Indemnité brute    
(habitants)
                                 (en euros)                                (en euros)

De 1 000 à 3 499                         454.16                                         173.10

Les conseillers généraux

Département de 1 million à moins de 1,25 million: 2 419,72 euros

-  Membre de la commission permanente : indemnité de conseiller majorée de 10 % (en Isère, tous les conseillers généraux sont membres de cette commission)

Les conseillers régionaux

Régions de 3 millions et plus: 2 605,85 euros

-  Membre de la commission permanente : indemnité de conseiller majorée de 10 % (en Rhone Alpes, tous les conseillers régionaux sont membres de cette commission)

Nos prochaines réunions

Nous avons formé une liste indépendante qui veut défendre des valeurs de transparence, de participation de tous à la gestion du territoire et de développement soutenable.

Nous avons tenu une première réunion publique le vendredi 15 février. Nous organisons plusieurs autres rencontres pour recueillir les propositions des habitants et présenter notre programme. Ces rencontres se feront sous la forme d’au moins une réunion publique et de plusieurs réunions d’appartement.

Ces dernières sont à destination des habitants des quartiers et de ceux qui ne peuvent venir à la date fixée pour la réunion publique. Chaque réunion commencera à 20h30.

Les réunions d’appartements :

  • Mardi 4 mars: chez Véronique et Frédéric GASPARD, chemin de la reine des prés, le Levas
  • Mercredi 5 mars: chez Madame Geneviève FOLMER, rue des dames
  • Jeudi 6 mars: chez Claire GROSHENS et Thomas GOUJON, rue du docteur Senebier
  • Vendredi 7 mars: chez Catherine VANRIE et Olivier DODINOT, rue des Alpages

Pour obtenir des précisions sur l’adresse, vous pouvez téléphoner.

La réunion publique :
Samedi 8 mars 20h30, centre culturel de Mens
Une autre réunion publique préalable est aussi envisagée

Pour nous contacter :
Tél: 04 76 34 89 07
Courriel: ododinot@yahoo.fr

Vu, les candidats :

Arnaud BEHIELS, Olivier DODINOT, Hervé HUGUENY, Jeremy LIGHT

Notre première réunion publique

img3492small.jpg

A l’invitation de notre liste aux élections municipales, environ 25 personnes se sont retrouvées à l’espace culturel de Mens ce vendredi 15 février. Cela était au delà de nos espérances au vu du peu de temps que nous avions eu pour en faire la promotion. Notre but était d’échanger des idées et de recueillir l’avis des personnes présentes sur ce que serait une municipalité selon leur vœux. Pendant plus de 2 heures, nous avons fait le tour des questions concernant l’avenir de Mens et du Trièves en essayant d’être aussi interactif que possible avec les personnes présentes.  

Il est toujours difficile en organisant ce genre d’échanges de faire en sorte que chacun puisse s’exprimer.Néanmoins, des souhaits ont été émis et en premier dans la chronologie de la soirée (et certainement par ordre d’importance pour beaucoup !) : des élus qui travaillent !

img3490small.jpg

Des question ont été posées sur l’utilisation du bâtiment « Paul Brachet » de la maison de retraite quand celle-ci aura été regroupée sur le seul site de l’Obiou. Pourquoi ne pas en faire des appartements pour personnes âgées ?

Nous sommes favorables et souhaitons encourager la réalisation de logements pour personnes âgées à Mens et dans le canton. Nous pensons qu’il est peut-être plus facile et moins coûteux pour un meilleur résultat de construire pour cela des logements neufs directement aux normes. Nous avons soumis l’idée d’appartements semi-collectifs (chacun chez soi mais pouvant disposer d’un salon et de service communs (entraide des autres locataires, alarme, soins à domicile, portage des repas…) tout en habitant en centre ville. Pourquoi pas une telle réalisation au Pré Colombon. Les bâtiments du site « Paul Brachet » qui n’appartiennent d’ailleurs pas à la commune pourraient peut-être plus facilement être réhabilités en logements standards.

Deux grands défis pour l’avenir ont été évoqués : l’eau et l’énergie.

Concernant l’eau, des pistes de bon sens ont été évoquées : s’occuper des fuites du réseau, promouvoir des systèmes de récupération d’eau et promouvoir des toilettes sèches (sans utilisation d’eau). Cela est à la fois plus écologique et économique que de rechercher de nouvelles sources.

Un long échange a eu lieu sur l’assainissement. Il paraît possible de s’équiper de systèmes performants (lits à roseaux) pour un coût moins élevé que ce qui a été annoncé dans les résultats de l’enquête publique (consultable en mairie).

Aménagement des étroitures (vers le Crédit Agricole, vers l’Office du Tourisme) : on nous a fait remarquer qu’il y avait le problème du passage des moissonneuses-batteuses, on peut y ajouter celui du déneigement. Cela interdit peut-être ces aménagements fixes dans les parties les plus étroites mais l’autorise dans les approches ou les véhicules se croisent. On peut y réfléchir néanmoins et coupler ces aménagements à la réalisation ou non de la déviation.

Le problème des crottes de chiens est posé. Il est noté un manque de civisme des propriétaires concernés malgré des rappels.

Il a été regretté que les arrivées sur Mens (entrées de ville) offrent une première image du village assez dégradée. Cette question est à relier à l’aménagement notamment visuel de la zone artisanale qui laisse pour l’instant à désirer selon nous.

La situation du marché des producteurs locaux l’été a également été évoquée : leur chiffre d’affaires a baissé depuis qu’ils sont sous la Halle.

img3491small.jpg

Il a été rappelé que l’intercommunalité est de plus en plus l’endroit où se traitent des enjeux de plus en plus importants. Aujourd’hui, les compétences de la communauté de communes sont : déchets, développement économique, lecture (depuis peu avec la transformation de la bibliothèque de Mens en médiathèque tête de réseau), demain, les écoles (?), la maison de retraite…

Un appel est lancé par nous à cette occasion :chaque commune désigne au sein de son conseil municipal des représentants à la communauté de commune. Chaque élection dans chaque commune est donc importante. Encouragez les gens de votre connaissance à s’engager à Mens mais aussi dans toutes les communes du Trièves. On peut s’engager en se présentant mais également en interrogeant les candidats déclarés lors de leur réunion ou en provoquant des réunions.

Une participante souhaite que l’on puisse emprunter des documents vidéos à la médiathèque.

Concernant les impôts : on nous a demandé quelle était notre position, nous engagerions-nous à ne pas les augmenter plus que le coût de la vie ? Il est évident que personne ne souhaite voir les impôts augmenter au delà du raisonnable. En tous cas, une grande partie des actions que nous préconisons sont peu coûteuses, voire gratuites, et demandent surtout de l’imagination. Il faut éviter les projets démesurés.

La réunion s’est achevée vers 23 heures mais les échanges se sont poursuivis autour de jus de fruits. Minuit sonnait lorsque les derniers participants se sont quittés.

La formation des élus

animcamion.gif

Le CIFoDEL est une association loi 1901 qui regroupe l’association des conseillères municipales, le Conseil Général, l’Université ainsi que toutes les communes du département et les associations départementales d’élus locaux ou leurs formations politiques.

Il a pour mission d’informer, de conseiller et de former les élus locaux dans tous les domaines où s’exerce l’action de la commune.

C’est un organisme agréé par le ministère de l’intérieur, pour la formation des élus locaux.

Ces cours sont ouvert même aux non élus. Dans le cadre des élections municipales, j’ai donc suivi récemment 2 formations très intéressantes sur l’intercommunalité et sur les finances communales à Varces. J’ai eu l’agréable surprise de retrouver des élus de Saint Jean d’Hérans à la première, de Cordéac à la seconde et une élue de Roissard aux 2.

Pour l’intercommunalité, mon expérience de parent délégué m’avait déjà offert une première approche en côtoyant le SIVU des écoles. Pour le deuxième thème, la douloureuse comptabilité de profession libérale m’a permis de m’y retrouver un peu mieux…

Soyons réaliste: ces formations ne mettent en rien au niveau des élus blanchis sous le harnais durant un ou plusieurs mandats. Mais elles permettent certainement à l’élu néophyte de trouver ses marques plus rapidement. Les candidats de notre liste s’engagent d’ailleurs à suivre des formations régulières en cas d’élections. On pourrait aussi imaginer des cours de formation décentralisée ouvert aux citoyens intéressés à une approche de la vie démocratique.

Olivier Dodinot

Pour en savoir plus: http://www.cifodel.fr/

Mini Compte-rendu personnel du Conseil Municipal de Mens du mercredi 6 février 2008

Le Maire rend compte d’une lettre de M. Thuret faisant état de ses entretiens avec Mme Souchère de la DDE de Grenoble (spécialiste en droit de l’urbanisme) ainsi qu’avec Mme Barray son homologue à la Préfecture [en fait, chef de pôle Administration Droit des Sols à la DDE]. Ses interlocutrices auraient dit à M. Thuret que l’emprise réservée au POS pour la mise en communication du secteur du Pré Colombon avec “les abreuvoirs” (rue du Dr Senebier) était dessinée trop large par rapport aux véritables besoins de voirie, que les terrains bordant cette emprise deviendraient alors invendables [!] et que la modification de cette emprise nécessitait une “modification simple” du POS.
Le Maire propose alors devant ces difficultés de “sortir de cette affaire” (je cite de mémoire et ne suis pas sûr du terme “affaire”). Il met aux voix l’annulation de la (fameuse) délibération sur l’accord de principe de la vente de la parcelle communale (sans que ce soit énoncé si clairement).
Résultat : 9 conseillers présents, 9 voix pour l’annulation….

Nous avons donc atteint notre objectif de faire annuler cette vente !

C’est une victoire même si la dizaine de personnes présente ce soir était divisée sur la méthode (qui pose tout de même quelques questions) qu’emploie la Municipalité “pour se sortir de cette affaire”.

C’est la victoire de la mobilisation pour l’information.
D’autre part, plusieurs échos favorables nous sont parvenus à propos de notre réunion publique, c’est donc également la victoire de notre pari sur l’intérêt de la population pour ce genre d’exercice face aux sceptiques de ce genre de communication.

Cela a demandé, pour les personnes initialement choquées de la précipitation de la Municipalité, de nombreux échanges, de la recherche d’informations, des coups de téléphone avec différents services (Préfecture…), des rendez-vous, des réunions, des rédactions de textes (lettre aux conseillers municipaux…) en résumé, de l’énergie.

Cette énergie, beaucoup d’entre nous et vous sont prêts à la mettre en tous temps au service de l’intérêt général. Une des tâches des élus est de la mobiliser plutôt que d’essayer au contraire de ne pas la réveiller.

Arnaud Behiels

15 février : réunion publique

Devant les enjeux importants des années à venir pour notre Commune et notre Territoire, il nous semble important de défendre pour Mens et le Trièves des valeurs de transparence, de participation de tous à la gestion du territoire et de développement soutenable.

Nous vous invitons à apporter vos idées et votre énergie lors d’une réunion débat constitutive d’une liste porteuse de ces valeurs aux élections municipales des 9 et 16 mars prochains :

le vendredi 15 février à 20h30

à l’Espace Culturel

Au delà de celles et ceux qui voudraient s’engager sur la liste, l’implication de tous pour la réflexion et l’information est la bienvenue.

Vous avez la parole, gardez là !

Hervé Hugueny, Olivier Dodinot, Arnaud Behiels, Gayle Light


Panachage, mode d’emploi

                    election.gif

Ce petit guide du panachage s’adresse plutôt aux nouveaux venus à Mens, les Trièvois de souche pratiquant cet art depuis longtemps.

 Dans les communes de moins de 2500 habitants (ce qui est le cas de Mens), l’électeur peut voter pour une liste entière ou procéder au panachage en barrant certains noms d’une même liste pour les remplacer par d’autres. Si le nombre de personnes désignées est égal ou inférieur au nombre de conseillers à élire, le vote est valide. S’il en compte plus, les 15 premiers noms en haut de la liste sont retenus. Attention: les fautes d’orthographe sur les noms entraînent le rejet du vote pour la personne mal orthographiée.

Il peut également glisser plusieurs listes dans l’enveloppe.  Dans ce cas également, si le nombre de personnes désignées est égal ou inférieur au nombre de conseillers à élire, le vote est valide. S’il en compte plus, le bulletin est nul et aucune voix n’est attribuée aux personnes désignées. Cette solution évite les fautes d’orthographes.

Au premier tour, sont élus les candidats qui ont obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50 % des voix), et un nombre de voix supérieur à 25 % des électeurs inscrits.

Pour les sièges restant à pourvoir, il est procédé à un second tour. Une personne qui n’était pas candidate au premier tour de scrutin, peut faire connaître son intention de se présenter au second tour. Au second tour, les candidats obtenant le plus grand nombre de voix sont élus quel que soit le nombre de votants.

12



Fatima NEKKAZ, Candidate du... |
OXYGENE |
Villemomble en mouvement p... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saint-Paul-lès-Dax ville à ...
| Tous ensemble pour Liancourt
| Michaël BRUEL