• Accueil
  • > Recherche : réalisation filtres plantés

Résultat pour la recherche 'réalisation filtres plantés'

Mens action, Trièves passion: notre position sur l’assainissement

filtresplantesderoseaux.gif 

Traitement des eaux usées par filtres plantés de roseaux 

————————

Une étude portant sur l’assainissement de la commune a été réalisée par le cabinet SAFÈGE et rendue en 2007. Elle a été suivie d’une enquête publique dont le rapport est consultable en Mairie.

Lors du Conseil Municipal du 27 février, le dernier de la mandature, il était prévu d’entériner le choix de l’entreprise maître d’œuvre du SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif) d’une part et le choix de l’entreprise maître d’œuvre pour la réalisation de l’assainissement collectif (réhabilitation du réseau et construction d’une station d’épuration pour le bourg) d’autre part.

Pour la Mairie, cette procédure est la suite logique du processus entamé avec l’étude.

Le Maire a bien voulu nous préciser le contexte des consultations.

Pour les montants envisagés d’honoraires (aux alentours de 14 000 € pour le SPANC et de 85 000 € pour l’assainissement collectif) c’est la règle du marché à procédure adaptée (M.A.P.A.) qui s’applique.

Pour la maîtrise d’œuvre du SPANC, la Mairie a consulté deux cabinets. Le matin du 27 février, l’un deux n’avait toujours pas répondu. Aussi, il n’était plus évident que le choix allait se faire le soir là.

Pour la maîtrise d’œuvre de l’assainissement collectif, la Mairie a consulté trois entreprises. Il nous a été expliqué que les dossiers établis par deux de ces entreprises ne répondaient pas à certaines demandes du cahier des charges : prise en compte du contexte (c’est à dire au minimum prendre connaissance de l’étude réalisée), moyens envisagés pour l’information du public, prise en compte du développement durable…

Nous comprenons la volonté d’avancer sur ce dossier de la part de la municipalité mais selon nous, des questions restent en suspens dans les résultats de l’étude.

Nous avons donc demandé au Maire par lettre remise avant le conseil municipal et dans des termes mesurés de bien vouloir ne pas prendre, lors de ce dernier conseil, de décision définitive qui engagerait la future Municipalité quelle qu’elle soit.

Nous n’avons pas été entendus, puisqu’une entreprise a été choisie pour la maitrise d’œuvre du SPANC (rappelons que en fin de matinée, il n’y avait encore qu’une seule réponse) et qu’un bureau d’étude a également été choisi pour l’assainissement collectif, largement par défaut donc puisque les deux autres ne répondaient pas de manière satisfaisante au cahier des charges. Le bureau choisi est, par contre, censé bien connaître l’étude puisque c’est lui qui l’a réalisée.

Nous vous faisons part ci-dessous de notre lettre et de nos explications techniques afin que chacun puisse se faire son idée.

Hervé Hugueny, Arnaud Behiels

—————————————

Mens, le 27 février 2008

Monsieur le Maire,

Nous prenons acte que votre Municipalité a mené à bien l’étude préalable et l’enquête publique associée concernant l’assainissement de notre Commune.

Au moment de choisir la Maîtrise d’Œuvre de la réalisation de l’assainissement du Bourg, plusieurs questions nous paraissent actuellement encore sujettes à discussion sans remettre en cause le travail déjà effectué.

Nous vous présentons un aperçu de nos interrogations ci-dessous.

Devant ces interrogations et étant donné l’approche des Élections Municipales auxquelles vous ne vous représentez pas, nous vous demandons de bien vouloir ne pas prendre, ce soir, de décision définitive qui engagerait la future Municipalité quelle qu’elle soit.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments distingués.

Hervé Hugueny, Arnaud Behiels, Jérémy Light, Olivier Dodinot

—————————


L’assainissement à MENS et le Schéma Général d’Assainissement

Sur le fond, on peut s’interroger sur l’urgence qu’il y a à choisir un maître d’oeuvre pour l’assainissement, et aussi se demander si ce choix fixe de façon définitive les solutions qui seront mises en oeuvre.

Sur les détails, il parait nécessaire de savoir pourquoi la filière « Boues activées », assez chère en investissement et en dépenses de fonctionnement, a été préférée à la filière « Filtre à roseaux » dans le document principal (aucune justification, aucune comparaison des coûts !). Voir paragraphe 3.1.1 page 9 de la phase 3 du Schéma Général d’Assainissement.

Dans le rapport du commissaire enquêteur, il y est fait mention succinctement sur le seul critère de l’arrivée d’eau de pluie dans le réseau (sans autres explications, ni références). La filière « Boues activées » a-t-elle une capacité supérieure dans ce domaine ?

Le fonctionnement annuel projeté a un coût qui parait exorbitant (95 680 € TTC/an !!!), bien au-delà de ce que pourrait coûter le fonctionnement d’une station à filtres à roseaux…

Des ratios de coût sur des stations existantes montrent qu’une enveloppe de 10 000 € serait largement suffisante pour l’entretien annuel de la station (bassins des filtres et abords). Ceci permettrait de minorer le prix de l’eau pour les abonnés d’environ 1 €/m3 ! Par ailleurs, le coût de la maintenance d’une station à filtres à roseaux étant surtout lié à du temps de main-d’œuvre, il est assez peu sensible au fatal renchérissement du prix de l’énergie qui va se produire dans les années à venir, contrairement au coût de maintenance d’une station à boues activées qui lui en est fortement dépendant.

En outre, une station à boues activées dimensionnée pour 2000 EH1 alors que seuls la moitié sont raccordés actuellement (en hiver) fonctionnera donc encore pendant quelques années à la moitié de sa capacité. Une station à filtre à roseaux est beaucoup plus souple de ce point vue (découpage du filtre principal en plusieurs parties), et très facilement extensible. Elle pourrait donc être construite a minima pour l’instant et être étendue par la suite (rajout de bassins accueillant les filtres à roseaux), pour peu que les réseaux et le terrain nécessaires à cette extension soient prévus dans l’étude d’avant-projet

Même en conservant cette taille de 2000 EH (qui n’est justifiée nulle part dans le document principal, mise à part la mention « estimation des populations futures » à la page 3 du rapport principal Phase 2), l’économie réalisée par la construction (125 000 € HT au grand minimum d’après des ratios de coût pour Saint Paul les Monestier => 462 €/EH, et estimation de 250 000 € d’économie d’après d’autres sources) et l’exploitation sur 20 ans d’une station à filtres à roseaux ne permettrait-elle pas de passer une partie du réseau (en commençant par l’aval) en séparatif, si cette condition est indispensable pour faire fonctionner une station à filtres à roseaux ?

L’économie de construction permettrait par exemple de refaire environ 1000 m de canalisations…

1 EH : Équivalent-Habitant, il s’agit d’une unité de quantification des flux polluants organiques produit dans un réseau de collecte par un habitant à temps plein raccordé à ce réseau.

filtreplantederoseaux.jpg

Vue d’un filtre à roseaux




Fatima NEKKAZ, Candidate du... |
OXYGENE |
Villemomble en mouvement p... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saint-Paul-lès-Dax ville à ...
| Tous ensemble pour Liancourt
| Michaël BRUEL